Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2014-07-15T13:56:23+02:00

Le jour J.

Publié par Maman de la Bouille, en mode révélations

 

Depuis la création du blog, je te parle de la Bouille, mais je ne t'ai encore jamais parlé de son arrivée en ce monde de dingue.

Non pas que ce soit une vraie boucherie un secret, mais jusque là, je n'avais pas envie de partager ce moment. Avoue que c'est quand même assez privé comme expérience!

Je vais te raconter, mais à ma façon.

 

Comme tu le sais peut-être, j'ai eu un travail très long. Je suis entrée à la maternité le lundi 2 décembre 2013 à 8h environ, pour accoucher le mardi 3 à 17h25.

Mais je n'ai pas été en travail tout ce temps, du moins pas en travail efficace.

Les contractions ont commencé vers 6h du matin le lundi, tout de suite fortes, régulières et déjà douloureuses. Arrivée à la maternité, pose du monito, examen.....le verdict tombe, c'est pas pour tout de suite, mais vues les contractions, ils me gardent.

A partir de là a commencé la plus longue attente de toute ma vie. Et la plus pénible aussi. Je continuais à contracter, mais les contractions n'étaient pas efficaces, elles ne servaient à rien.

J'étais déjà à 41SA+4j, donc je savais que si la Bouille n'avait pas pointé le bout de son nez dans la nuit, mon accouchement serait déclenché le lendemain matin.

Perspective peu réjouissante pour moi, sachant que je voulais l'accouchement le plus naturel possible, ce qui implique pas de déclenchement aux hormones de synthèse, pas de péridurale, pas d'épisio, pas de délivrance accélerée à coup d'ocytocine.....et pas de césarienne non plus dans la mesure du possible. Mais je savais qu'on a pas toujours le choix.

 

Donc, les contractions ont duré toute la journée, j'ai creusé des sillons dans les couloirs de la maternité à force de marcher pour aider la Bouille à descendre, et le col à travailler.

Mais il n'y avait rien à faire, elle était bien au chaud, et n'avait pas du tout l'air décidé à sortir.

Quant à moi, je ne peux pas dire que la bonne humeur était au rendez vous.

D'abord j'avais mal, très mal. Certes, les contractions étaient inefficaces, mais elles étaient vraiment très douloureuses.

J'avais le droit de boire un peu, mais pas de manger, au cas où il aurait fallu descendre en urgence en salle de naissance.

Le spasfon en IV n'avait aucun effet.

Je n'avais aucun accompagnement de la part de l'équipe de la clinique pour essayer de gérer la douleur. Chéri faisait ce qu'il pouvait, mais n'ayant pas assisté à mes cours de prépa, il ne savait pas quoi faire le pauvre. Même moi, je dois bien avouer qu'après 8 ou 10h de douleur quasi permanente, je ne savais plus quoi faire.

Le ballon et la sophro, ça m'a aidé un moment, mais pas si longtemps.

 

La nuit a été particulièrement éprouvante. Le monito sur le ventre devient vite désagréable, et la douleur empêche de dormir.

Une sage femme de l'équipe de nuit est venue nous voir. Et là, j'ai craqué. Ca faisait presque 18h que j'avais mal. Je me suis mise à pleurer, à gueuler que je trouvais vraiment pas normal que personne n'ai pris le temps de chercher une solution pour essayer de me soulager. Elle a compris. Elle est allée chercher une seringue de nubain (dérivé de morphine), et m'a fait la piqûre.

Trois minutes plus tard, je dormais enfin.

 

Le lendemain matin, 6h, après exament du col, qui n'avait bougé que d'un demi centimètre pendant la nuit, la décision est prise de me déclencher.

A ce moment là, je suis partagée bizarrement.

D'un côté, mon monde s'effondre, avec mon projet d'accouchement naturel. Car qui dit déclenchement, dit perçage artificiel de la poche des eaux et donc péridurale (c'est un package).

De l'autre, c'est le soulagement. Enfin je vais accoucher. Enfin, je vais rencontrer ma fille. Enfin je vais arrêter de souffrir pour rien!

 

Enfin, arrêter de souffrir, c'était pas pour tout de suite.

Déjà, le nubain ne faisait plus effet.

A 8h la sage femme m'a posé le gel de prostaglandines.....

Deux minutes plus tard, c'était l'explosion. L'impression que mon ventre, mon dos et mes cuisses étaient déchirés de l'intérieur.

Et on m'a descendue en salle de naissance pour attendre l'anesthésiste. Qui a fini par arriver.....vers 11h30.

Je n'en voulais pas de cette péridurale, mais après tant de douleur, j'ai été heureuse de pouvoir en bénéficier, et à ce jour, je ne le regrette plus.

Dès qu'elle a fait effet, j'ai retrouvé mon sourire! Et la sage femme m'a percé la poche des eaux.

A partir de ce moment, la force des contractions a augmenté. Quand je voyais leur intensité sur l'écran du monito, j'étais vraiment reconnaissante qu'un jour, quelqu'un d'inspiré ai inventé la péridurale!

A chaque examen, mon col se dilatait de plus en plus. Preuve que le déclenchement avait marché et que les contractions étaient enfin devenues efficaces! Dans quelques heures, j'allais enfin faire connaissance avec ma Bouille! En attendant, chéri et moi, on a pu dormir. Ce qui était devenu indispensable si je voulais avoir la force de pousser.

 

A un moment, j'ai ressenti quelque chose d'étrange. Comme si mes os bougeaient. C'était la Bouille qui s'était engagée dans mon bassin.

Je n'avais pas peur d'accoucher. Je ne savais juste pas comment ça se passait, un accouchement, en vrai. Mais la sentir s'engager, faire sa part de travail pendant que mon corps faisait la sienne m'a fait réaliser que je devais laisser le charme opérer. Autant mon corps que ma fille savaient ce qu'ils avaient à faire.

 

Et puis une nouvelle sensation est venue s'ajouter à tout ça. La sensation la plus bizarre qu'il m'a été donné de vivre : l'envie de pousser. Je ne peux pas décrire cette sensation, tout simplement parce que c'est indescriptible.

Ma Bouille arrivait, elle voulait sortir. C'était à mon tour de faire ma part de boulot.

 

Je te passerais les détails de la suite.

 

Et à 17h25, ma sage femme m'a posé ma fille dans les bras. Son père a coupé le cordon.

A 17h25, le mardi 3 décembre 2013, nous sommes devenus une famille.

 

 

Voir les commentaires

commentaires

Lolotte 15/07/2014 22:04

Ah ouai dur !!! je compatis. Moi j'ai contracté pendant 3 jours avant. Je suis allée à la mater et ils m'ont fait rentrer chez moi. Au final quand nous sommes arrivés la dernière fois (et la bonne) a la mater, j'ai encore dû attendre 1h au monitoring avec toutes les contractions dans les reins (je déteste par dessus tout cette douleur) au bout d'une heure jétais à 3 et j'ai pu bénéficier de la sacro sainte péridurale qui au fianl a été super bien dosée. J'ai pu profiter pleinement de l'atente de l'arrivée de ma poupette et sentir seulement ce qu'il fallait. En clair un super moment !!!

maman de la Bouille 15/07/2014 22:46

3 jours, ma pauvre.....Et les contractions dans les reins, j'y ai eu droit aussi, la pire douleur de ma vie....
Le dosage de la péri me faisait peur, je craignais de ne rien sentir, genre comme dans baby boom, où t'a meme pas l'impression qu'elles poussent les nanas....et au final, super dosage, j'ai tout senti, et j'ai même eu mal quand elle est sortie.

Vio 15/07/2014 21:07

Eh ben dis donc ma pauvre long ce 1er accouchement!!!! Moi 3 accouchements,2 déclenchés ,un à 11 jours et l'autre 9 jours post terme, et un autre sans péridurale,trop rapide,3h en tout,ma fille est née 9 mn après mon arrivée sur le parking! Au final le plus long et plus douloureux a été le 1er,il a duré 11h, mais ce sont surtout les 2h après que la poche des eaux se soit percée et que j'attendais qu'une salle d'acc se libère enfin qui ont étéé les plus éprouvantes car aucun répit entre les contractions... Mais au final c'est à chaque fois magnifique et magique...
En tout cas ta fille est née le 3 décembre comme moi donc elle a bien fait d'attendre un peu!!!

Vio 21/07/2014 09:55

Non la poche des eaux s'est rompue naturellement, le gyneco est venu m'examiner, j'étais à 3,5 cms , il m'a dit que je pouvais avoir la péri, normalement ils ne la posent pas avant 3 cms pour ne pas ralentir le travail. Et j'ai donc attendu qu'une salle d'acc se libère 2h plus tard, et là j'étais à 7 cms qd j'ai enfin eu ma péridurale! J'avais tellement mal que l'anesth m'a mis du protoxyde d'azote (gaz pour te shooter un peu) le temps que la péri agisse...

maman de la Bouille 15/07/2014 21:11

Oooooh je savais pas que c'était ta date d'anniv!!! Comme ça je ne risque pas d'oublier!!
9minutes, ça c'est du rapide dis donc!!
Mais pour ton 1er, ils ne t'ont pas posé la péri AVANT de percer la poche des eaux?!!!!

Aurelie 15/07/2014 20:09

Pour ma part , 2 accouchements : le premier avec péri et le 2ème sans ...
Belle invention cette péridurale si bien dosée . J ai aime mes 2 accouchements : le premier avec péri et du coup c était bien j étais calme et accueilli mon fils sereinement !
Le 2 eme sans péri mais par choix : pas eu le temps j ai failli la faire dans la voiture ! Mais gérable car ça n à pas durer longtemps : Moins de 4 h entre première contractions et arrivée de la louloute !
Les 2 emes arrivent souvent plus vite , alors pour ton 2 eme , tu pourras peut être avoir un accouchement naturel sans souffrir pendant 48 h!!!
Félicitations encore pour ta persévérance , j aurais pas tenu si longtemps !
Pour mon fils je me demandais en attendant ma péri : mais comment elles faisaient nos mères !!! Elles avaient pas le choix !!!!
Mais pour finir pour rien au monde je donnerais la place aux hommes , donner la vie c est que j ai fais de plus beau dans ma vie !

maman de la Bouille 15/07/2014 20:44

Je n'ai pas eu le choix au final malheureusement.....c'est pas tant l'intensité de la douleur qui m'a fait craquer, c'est surtout sa permanence et que ça a duré bcp trop longtemps!
J'espère que, comme toi, si j'en ai un 2ème, ça sera plus "facile" et plus rapide!
Et je suis d'accord, pour rien au monde je ne laisserais ma place a un homme non plus!

jenny 15/07/2014 17:23

Je me rappel encore me sentir complètement démuni devant ta détresse et ta douleur !

Que de souvenir <3

maman de la Bouille 15/07/2014 20:41

Tu étais là ma belle, et je te remercie pour ça! <3

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog