Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2015-10-11T07:00:23+02:00

La bipolarité de la parentalité

Publié par Maman de la Bouille

Oh putain, ça c'est du titre!! quand j'écris tard, mon cerveau carbure mieux, c'est pour ça

Mais malgré son apparente complexité, rien de plus simple : quand on devient parent, on a l'impression de devenir bipolaire. Ou schizo. Ou les 2. Souvent les 2, d'ailleurs.

 

Aller, ne fais pas celle qui ne se sent pas concernée. De toute façon, je ne te crois pas! Ou alors, c'est que tu es tout tout tout jeune parent, et que tu n'as pas encore atteint le point de non retour. Peut-être que tu t'en es même pas encore rendu compte.

Parce que non, ça ne se fait pas comme ça, du jour au lendemain. C'est vicieux, insidieux. Ma théorie est que nous sommes face à un complot inter-plantéraire de enfants aidés de leurs pères  visant à nous faire virer au dingue le plus vite possible.

 

Cette théorie m'a pété au casque cette semaine, à la fin d'une journée totalement atroce, orchestrée par la Bouille. Je suis rentrée du taf en avance, étant malade, me disant que j'aurais juste le temps de mettre la gamine à la sieste avant d'aller moi-même m'affaler sur mon canapé, telle une vieille loque.

Sauf que juste ce jour là, la Bouille en a décidé autrement. Elle a hurlé approximativement de 13h à 18h, avec une coupure juste assez longue le temps de s'enfiler un bib à 16h.

 

Donc toi, tu es là, tellement mal en point que tu pourrais passer avec succès le casting pour The Walking Dead. Tu as envie de dormir/mourir/te barrer/chialer. Ne pouvant décemment ni calencher, ni te barrer et encore moins dormir à cause des hurlements stridents à coté de toi, ben ta seule option est de chialer. Toute.La.Journée.

 

Et un peu avant 18h, l'Homme rentre du boulot à son tour. Tu es au bout de ta vie. Tu l'attends comme le messie. Et tu as raison, puisqu'à la seconde même où il passe la porte, les hurlements Bouillesques s'arrêtent. Comme ça, d'un coup. Elle redevient une adorable petite fille, joyeuse et souriante. A part ça, elle le fais pas exprès, hein....

Alors toi tu te dis que tu vas en profiter pour te barrer en douce pour jouer avec elle tant qu'elle est calme, puisque vous avez passé la journée à hurler. Elle dans le vide, et toi sur elle. Quelques minutes plus tard, te voilà assise au milieu de sa chambre, morte de rire parce qu'elle veut jouer à la poupée. Avec ta pomme qui tient le rôle de la poupée, c'est à dire tototte dans la bouche, chapeau trop petit sur la tête et nounours dans les bras non je ne posterai pas de photo

Mais le fait est là, tu es morte de rire. Alors que tu pleurais encore un quart d'heure plus tôt.

 

Et la vie de parent, c'est comme ça tous les jours.

Tu alternes sans arrêt les moments de pur bonheur, avec ceux où tu regrettes d'avoir eu l'idée en carton de faire des mômes! Tu peux passer par plusieurs cycles au cours d'une seule et même journée, des dizaines de fois de suite! Mais si, je te jure!!

Exemple :

  1. Tu vas la lever le matin, elle est toute souriante et te fais des bisous : tu fonds.
  2. Elle refuse que tu lui change sa couche avant le bib et se met à hurler à la mort ; tu prends sur toi, pour cette fois, mais l'envie de te barrer s'insinue déjà dans ton cerveau mal réveillé.
  3. Tu lui donnes son bib et son biscuit, elle te dit 'assi maman, até" = merci maman je t'aime : ton coeur explose.
  4. Elle recommence à hurler à cause de ton refus de lui mettre un épisode de la maison de Mickey ce connard, parce que soyons claire, la télé à 8h du mat, chez nous c'est niet : cette fois c'est sur, t'as envie de te barrer. et il n'est QUE 8h30 du mat
  5. A midi elle veut absolument partager son assiette avec toi, et vous mangez dans le même pot de yaourt avec 2 cuillers : tu surkiffes cette complicité qui s'installe.
  6. Au moment de la sieste survient une crise monumentale, elle hurle à s'en faire vomir : tu crie, tu chiales de rage et de désespoir....

 

C'est bien ce que je disais : tu navigues constamment entre les éclats de rire et les éclats de rage. Tu ris, puis tu pleures. D'une minute sur l'autre. A la merci des humeurs de la Bouille.

Bipolarité.

 

A moins que ca soit la fatigue extrème dans laquelle je me trouve qui me rend encore moins patiente que d'habitude. Mais ça n'explique pas son comportement avec moi.

Donc si tu as des idées sur le pourquoi du comment, qui pourraient démentir le fait que je sois devenue bipolaire, je prends!!

 

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog